5.4.45
Accès membres

Mon identifiant
Mot de passe
Mot de passe perdu S'inscrire
Accueil
Le calendrier des activités Par activité ou région Annoncer mon activité Déposées récemment
Les petites annonces Consulter la liste Publier mon annonce
Les professionnels par activité et région Sous forme de liste En mosaïque
Séances individuelles Sous forme de liste En mosaïque
Enregistrements audio *
Inscription Bulletin du site (gratuit) Particuliers (gratuit) Professionnels
Mon compte Ma fiche de l'annuaire Mes annonces
La charte et l'éthique
Mode d'emploi
Recherche
Envoyer un message
4738 inscrits, 43 connectés
Référence de la petite annonce : 48680
Je propose dans la catégorie : vidéo
Site Web
annonce déposée le : 10-03-2023
Par : avi
Les survivants de Marioupol, à voir absolument jusqu’au 21/5/23

image de l'annonce 48680

Voici un documentaire poignant.
Les images sont difficiles et les témoignages touchants de vérité. 
Les larmes coulent souvent, l’humanité est bien là, belle et simple. 
Je te recommande vivement de le visionner, et de le partager. 
Nous avons le devoir de la mémoire. 
Avi

https://www.arte.tv/fr/videos/109847-000-A/les-survivants-de-marioupol/

Les survivants de Marioupol

Du 24 février au 21 mai 2022, date de sa chute, la destruction de Marioupol racontée de l'intérieur par des rescapés, avec les images qu'ils ont tournées au jour le jour. Un réquisitoire implacable contre les crimes du "libérateur" russe. 

"Voici le monde russe dans toute sa gloire", commente le filmeur anonyme, avant de ponctuer d'un juron étranglé les images de dévastation et de mort que capte son smartphone. Mêlées aux témoignages impressionnants de dignité d'une dizaine de rescapés, dont une majorité de jeunes femmes, ces scènes terribles retracent de l'intérieur le siège de Marioupol, grand port du sud-est de l'Ukraine sur la mer d'Azov, du déclenchement de l'invasion russe, le 24 février, à la reddition des derniers combattants retranchés dans le complexe métallurgique Azovstal, le 21 mai. Selon l'estimation des autorités ukrainiennes, quelque 25 000 civils auraient péri au cours de ces trois mois de bombardements et de tirs indiscriminés menés par l'armée russe, qui ont également détruit la quasi-totalité d'une ville de 430 000 habitants, alors encerclée et presque coupée du monde. Désormais annexée à la Russie au sein de quatre régions orientales de l'Ukraine, Marioupol est devenue un symbole de la violence de l'agression russe contre son voisin, ce "pays frère" que Vladimir Poutine, au jour 1 de son "opération spéciale", promettait de "libérer et de dénazifier.

La guerre au jour le jour
Oksana était anesthésiste à l'hôpital, Alevtina présentatrice de la télé locale, Hanna institutrice, Viktoria mère au foyer, Ioulia "cheffe de projet", Olga, comptable, Diana artiste, Elena employée de l'administration régionale, et Sergueï acteur au théâtre de la ville. Face caméra, leurs voix retracent avec précision, même lorsque la douleur les submerge, ce qu'ils ont vu et vécu, pour décrire sobrement ce que représente le basculement d'un quotidien paisible dans l'horreur de la guerre. Car aujourd’hui réfugiés dans l’ouest de l’Ukraine, ou de l’Europe, ils témoignent aussi au nom de ceux qu’ils ont laissés derrière eux, comme Olga, qui a perdu son mari et ses parents dans un bombardement, ou Hanna, recluse deux mois durant avec son bébé dans un bunker de l’usine Azovstal, et dont le mari est aujourd’hui prisonnier en Russie. Mêlées à d'autres archives, dont nombre de vidéos personnelles, leurs images et leur témoignage choral déroulent jour par jour les étapes d'une terreur déchaînée crescendo contre les civils, du bombardement systématique des immeubles d'habitation à ceux de la maternité, le 9 mars, puis du théâtre, le 16 mars, alors que la fausse promesse d'une évacuation y avait regroupé des milliers de familles. En contrepoint presque surréaliste de ce bouleversant récit collectif, le réalisateur Robin Barnwell fait résonner sans s'appesantir les discours télévisés d'un Vladimir Poutine au masque figé. Réquisitoire irréfutable à l'encontre des crimes de guerre orchestrés par le président russe, son film est aussi une ode au courage et à la résistance des Ukrainiens. 

Réalisation

  • Robin Barnwell

Pays

  • Royaume-Uni

Année

  • 2022


Suivante
Cette page, mise en ligne le 10-03-2023, a été consultée par 67 visiteurs